Mon panier

Votre panier est vide

Connectez-vous

Créez un compte

Lithographies contemporaines

Depuis 1978, les presses de l’URDLA, sauvées d’une destruction certaine, offrent aux artistes invités un outil exceptionnel : la lithographie. Loin de la production de masse, chaque œuvre est issue de l’échange réciproque entre l’artiste – qui la réalise – et l’URDLA – qui l’imprime. Plus de 2500 œuvres lithographiques sont aujourd’hui inscrites dans notre catalogue et destinées à la vente.

La lithographie ou l’art de l’art

La lithographie moderne est un procédé qui consiste en la reproduction d’une œuvre avec une technique spécifique à l’estampe. Le procédé peut varier en fonction de l’imprimeur et importe peu (qu’il utilise la pierre ou le métal) : ce qui compte, c’est la qualité du rendu final qui sera différente. 

L’art de la lithographie est relativement méprisé dans les journaux de l’époque à ses premières diffusions dans les années 1820 : s’ils apprécient sa technique, ils méprisent son côté esthétique. On lui reproche ainsi sa qualité médiocre. La lithographie se limite dès lors au domaine de l’esquisse, de la cartographie, et des écritures dans un premier temps. Dans un second temps, la technique de l’estampe est particulièrement utilisée pour les caricatures, à destination politique. Sa vitesse d’exécution et de reproduction est un atout dans la guerre que se livre les différents partis politiques français. La lithographie est ainsi la première victime de la censure. 

La lithographie fait naître des craintes dans les partisans de techniques nobles, comme la gravure au burin qui reste perfectible : la technique est rapide et bon marché et menace donc la concurrence. Dès 1824, la lithographie met en avant toute une esthétique romantique, en opposition directe avec la technique académique et est utilisée pour la représentation de paysages pittoresques et vaporeux. Elle offre une liberté au trait que le burin ne lui donnait pas. Elle ouvre la voie à une affirmation de l’estampe originale, en promouvant l’art de l’esquisse et des tons et en se distinguant du burin.  Elle trouve ainsi sa spécificité artistique et des ressources esthétiques qui attirent un tout nouveau public.

La lithographie peut soit être la reproduction d’une œuvre – qu’on appelle lithographie d’interprétation – soit être une création originale. Dans tous les cas, elle sera unique (par sa signature ou par sa numérotation). Acheter une œuvre d’art réalisée par un artiste reconnu ne vient pas sans coût et est très onéreuse ; là où la lithographie reste abordable. Acheter une lithographie moderne, c’est aussi acheter l’étiquette d’exclusivité et d’authenticité qu’elle porte avec elle. La limitation de son tirage rend l’objet presque aussi unique qu’un original. 

Dans certains cas, l’artiste originel réalise la lithographie lui-même, ce qui ajoute encore plus de valeur au tableau – Picasso, Chagall, Munch, Degas, Goya, Delacroix, nombreux s’associent à des imprimeurs et se prêtent au jeu de la lithographie. 

La lithographie se décline par ailleurs dans tous les genres que nous mettons à l’honneur dans notre catalogue : art abstrait, bestiaire, expressionnisme, surréalisme, fantasmagorie, vanités...

La lithographie moderne, un bon investissement ?

Les œuvres autrefois délaissées connaissent aujourd’hui de la popularité et creusent leur petit nid dans le marché de l’art. Ces derniers temps, les ventes d’estampes se sont vues encouragées, que ce soit dans les ventes aux enchères ou sur les sites en ligne. Les marchants d’arts sont remplacés par un nouveau marché : celui d’amateurs de plus en plus diligents. La lithographie est donc le parfait moyen de découvrir le monde de l’art pour ces nouveaux collectionneurs, dont le budget diffère des experts. La hausse du marché de la lithographie est significative de la place que prend l’art aujourd’hui dans la société actuelle. 

L’estampe a le mérite de répondre à deux besoins pour son acheteur : être un bon investissement esthétique ou être un bon investissement financier. Le marché offre dès lors plus de possibilité aux consommateurs. A l’instar du marché des originaux, la valeur d’une lithographie varie en fonction de la réputation de l’artiste et la qualité du travail. Les prix de vente d’une estampe sont donc compris dans une large fourchette, ce qui n’exclut personne. Lorsque le marché se porte bien, comme cela est le cas aujourd’hui, on relève que même les œuvres les moins chères, les moins spéciales trouvent acheteurs. A contrario, lorsque le marché de l’art chute, les lithographies à moindre prix peinent à trouver preneurs : seules intéressent les estampes uniques et spéciales, produites par de grands noms.

La démocratisation de la lithographie rend ainsi un marché autrefois élitiste plus accessible, ce qui présente de nombreux avantages aussi bien pour les artisans médium que pour le haut de gamme. 

En apparence, la popularisation de l’estampe créé une incertitude pour le marché du haut de gamme dans la mesure où les nouveaux acheteurs n’ont pas un budget qui s’aligne avec cette offre spécifiquement, ce qui explique pourquoi ils trouvent un intérêt pour la lithographie et l’art à prix réduit. En revanche, les marchants d’art espèrent que les jeunes enchérisseurs d’aujourd’hui seront les grands collectionneurs de demain, et gagneront en appréciation du domaine de l’art, pour se tourner vers les œuvres haut de gamme. 

Pour les partisans d’un médium souvent négligé, l’achat de lithographie leur permet de se révéler.

Acheter de la lithographie contemporaine : comment bien choisir

Acheter une lithographie contemporaine est un investissement à long terme. Le potentiel d’une œuvre ne se révèle pas au premier abord, dans la mesure où les tendances sont éphémères. Choisir une œuvre qui correspond à ses goûts est donc l’un des premiers critères de sélection. Les points suivants sont des facteurs à vérifier dans l’achat d’une lithographie et peuvent vous aider à faire votre choix : 

La rareté 

Le facteur de rareté est significatif dans l’achat d’une lithographie dans la mesure où il détermine sa valeur. Plus il y a de copies de la même lithographie présentes sur le marché, moins une pièce individuelle aura de la valeur. La multiplication de reproductions aura donc un impact négatif sur la valeur de la lithographie : la dépréciation de l’estampe. 

Selon la loi, il n’y a pas de limite de tirage : l’artiste est libre de fixer le nombre de tirage à 10 comme 200 (on relève la moyenne à 100 exemplaires) et les plus rares seront les plus recherchées. Une lithographie contemporaine est signée et numérotée.

La qualité

Chaque œuvre est unique dans sa production. L’estampe doit être propre et fine dans l’exécution des détails. L’encre est plus épaisse généralement et le papier est fabriqué en pur chiffon. Chez URDLA, pour favoriser la conservation de l’œuvre, le papier pur coton est utilisé en remplacement. L’utilisation de la méthode traditionnelle pour réaliser une lithographie peut ainsi booster sa valeur.

La condition

Une lithographie doit être bien préservée pour attester de sa valeur, sans accrocs, traces ou décolorations. 

L’artiste

Un artiste connu n’est paradoxalement pas la meilleure option en ce qui concerne l’achat d’une lithographie. Le choix d’une lithographie d’un artiste, dont la carrière démarre juste, représente un avantage en termes d’investissement : elle est moins onéreuse à l’achat mais plus rentable aux enchères, dans la mesure où les tendances évoluent.

L’authenticité

Les contrefaçons sont monnaie courante dans le monde de l’art. Il faut donc s’assurer de l’originalité de la lithographie qu’on achète. Les tirages étant ce qu’ils sont, la reproduction est d’autant plus facile avec les techniques d’impression que nous connaissons actuellement. La prolifération de nouveaux collectionneurs, amateurs dans le milieu, est un vecteur de fraude dans la mesure où il est facile de tromper quelqu’un qui ne s’y connait pas. 

Lire plus

Artistes

Techniques

Année de production

Prix

Retour vers le haut