Mon panier

Votre panier est vide

array(29) {
  ["lastname"]=>
  NULL
  ["firstname"]=>
  NULL
  ["email"]=>
  NULL
  ["last_passwd_gen"]=>
  NULL
  ["birthday"]=>
  NULL
  ["newsletter"]=>
  NULL
  ["newsletter_date_add"]=>
  NULL
  ["ip_registration_newsletter"]=>
  NULL
  ["optin"]=>
  NULL
  ["website"]=>
  NULL
  ["company"]=>
  NULL
  ["siret"]=>
  NULL
  ["ape"]=>
  NULL
  ["outstanding_allow_amount"]=>
  int(0)
  ["max_payment_days"]=>
  int(0)
  ["note"]=>
  NULL
  ["is_guest"]=>
  int(0)
  ["id_shop"]=>
  NULL
  ["id_shop_group"]=>
  NULL
  ["id_default_group"]=>
  int(1)
  ["date_add"]=>
  NULL
  ["date_upd"]=>
  NULL
  ["reset_password_token"]=>
  NULL
  ["reset_password_validity"]=>
  NULL
  ["id"]=>
  NULL
  ["is_logged"]=>
  bool(false)
  ["gender"]=>
  array(3) {
    ["type"]=>
    NULL
    ["name"]=>
    NULL
    ["id"]=>
    NULL
  }
  ["risk"]=>
  array(4) {
    ["name"]=>
    NULL
    ["color"]=>
    NULL
    ["percent"]=>
    NULL
    ["id"]=>
    NULL
  }
  ["addresses"]=>
  array(0) {
  }
}

Connectez-vous

Créez un compte

Valère Novarina,
L’inquiétude rythmique

« L’Inquiétude rythmique », une exposition de Valère Novarina à URDLA croise et articule plusieurs dimensions de notre histoire. Ce sont d’abord des liens ataviques avec le théâtre et plus spécifiquement, à Villeurbanne, avec le TNP. Aussi la présence de Valère Novarina comme auteur du « Le jeu des ombres » que Jean Bellorini met en scène offrait une occasion de manifester des liens anciens qui ont traversé les générations et de participer au centenaire du TNP.

L’attrait de URDLA pour la présentation d’artistes qui circulent dans la littérature, les arts plastiques et le spectacle vivant inscrit cette exposition et l’édition des lithographies dans une collection non nommée mais présente à notre catalogue. Sans doute l’appétence de Max Schoendorff pour les lettres et le théâtre a installé ce goût. Évidemment, on pensera aux lithographies que Bob Wilson réalisa en 1984 alors qu’il travaillait à l’Opéra de Lyon aux mises en scène de deux  « Médée », celle de Charpentier et l’autre avec Gavin Bryars. L’ensemble donna du reste lieu à une exposition au TNP au milieu des années 90 lors de « Hamlet A Monologue. » Ainsi régulièrement depuis près de 45 ans des expositions rappellent cette inclination : Onuma Nemon en 2012, Paul Armand Gette en 2016, Cécile Reims & Fred Deux en 2017, les expositions de Jean-Claude Silbermann (2010 et 2020), Daniel Nadaud (2015), Adrien M & Claire B (2017)… 

Pourtant c’est bien là le seul trait qui permet de réunir ces artistes de générations, de provenances et de langages plastiques hétérogènes. La peinture de Novarina peut envahir et obturer la scène du théâtre de Novarina. Cette manière d’habiter la scène fournit à la fois une trame, un appui, mais aussi duplique-t-elle le surgissement des mots (ceux de Novarina ?) et parfois l’obturation de l’ouïe par le chant, par une logorrhée ruminatoire jouée. Ainsi faut-il entendre l’injonction que porte l’une des peintures de l’exposition : « Observez les logaèdres ! » (Cyrille Noirjean)

Lire l’intégralité de « Le geste de la langue » >>>

 

13. I > 12. III. 22

URDLA

Valère Novarina

samedi 15 janvier 2022 de 14 heures à 18 heures

Commentaires
samedi 22 janvier 2022
de 15 h à 16 h
(Gratuit, sur réservation)

Le Jeu des Ombres
répertoire TNP
Valère Novarina – Jean Bellorini
13 – 20 janvier 2022

Photographie :
Jean-Jacques Lorazo©
et
Cécile Cayon©

Réservation commentaire Dossier de presse

Expositions

Anne-Lise Coste
Nous danserons

Arborescente et polymorphe, la production d’Anne-Lise Coste se déploie sur des murs, dans des pages de carnet, en sculptures ou en installations dans lesquelles elle mobilise les différentes techniques de dessin et de peinture.

Lire la suite
Retour vers le haut