Mon panier

Votre panier est vide

Connectez-vous

Créez un compte

Constellation Cut-Up Scores 1

Rob Mazurek
ref. 1724
  • Technique : Techniques mixtes
  • Dimensions : 99 cm
  • Tirages : 1 exemplaires, numérotés et signés
  • Papier : vélin de Rives
  • Année : 2017
  • Documents : Facture et certificat d’authenticité

Valeur : 2 500.– €

Livraison offerte en France Livraison : Deux à trois semaines

cadre non fourni

Rob Mazurek

Dès ses vingt ans, subjugué par les peintures de Mark Rothko, il se passionne pour le colorfield, et dans une volonté systématique de faire les choses par lui-même il commence à peindre et à composer pour tenter de retrouver cette justesse d’émotion qui l’avait tant touché. Aussi quand il peint, il amène des tonalités et des rythmes, ce sont finalement des partitions graphiques. Et quand il recrute des collaborateurs pour ses projets musicaux, c’est à chaque fois une nouvelle peinture, surimpression de couleurs et de sensibilités différentes. De plus en plus transmédia, il réalise par exemple en 2013 à l’URDLA, Villeurbanne, une série de lithographies en stéréoscopie qui sont littéralement des partitions visuelles pour improvisation.

Sa trame principale : l’Univers, toile composée de milliards de facettes dont il cherche à montrer des fragments à travers des expériences visuelles, sonores et spatiales… Le net, la toile d’araignée, la Toile d’Indra, les pensées en arborescence. La toile est une forme de complexité plurielle et d’unité à la fois, une myriade d’éléments à priori indépendants, mais de même nature, fragments liés par un fil ténu, quasi invisible. Il plante des graines qui racinent discrètement et lentement sous terre et qui germeront, peut-être avec le temps, peut-être même après sa mort.

Rob Mazurek est en voyage constant, en recherche et propose des ouvertures. Plus qu’il n’affirme, il pose des questions, montre des pistes, des axes, conditionnés par les expériences qu’il propose. Il fournit un véhicule au spectateur-voyageur. Il le provoque tout en lui proposant un cadre lui permettant de repousser les limites de sa propre conception.

Dans ces questionnements sur l’univers et la place, le rôle de l’homme dans ce vaste ensemble, il admet cette idée que l’on ne fait finalement que poser des question auxquelles on n’a pas/il n’y a pas de réponse. Il accepte de ne pas comprendre une idée et de l’utiliser telle quelle.

En 2017, URDLA lui consacre une exposition monographiques, Constellation Scores.

Retour vers le haut