Anne-Valérie Gasc, A

Exposition : Anne-Valérie Gasc, A

Vernissage, samedi 24 mars 2018 de 14 heures 30 à 18 heures 30

samedi 28 avril 2018 à 15 h – commentaires

 

« Je voudrais que mes livres soient des sortes de bistouris,
de cocktails Molotov ou de galeries de mine,
et qu’ils se carbonisent après usage à la manière des feux d’artifice. »
Michel Foucault, « Sur la sellette » (entretien avec J.-L. Ezine), 1975.

Accueillie en résidence en février 2017, Anne-Valérie Gasc réalise, sur le principe du monotype (révélation d’une empreinte par contact), 26 lithographies de pierres déclassées et choisies indifféremment au sein de la bibliothèque de pierres de l’URDLA. Vingt-six empreintes de pierres, autant que de lettres de l’alphabet : le rapport au texte s’impose. Chaque impression, nommée d’une lettre, compose un livre d’artiste, un « livre de tous les livres » édité, la même année, par Lendroit Éditions. Intitulé Twenty-six Blank Rocks, le « blank » du titre renvoie, en langue française, au blanc de la page vierge. En langue anglaise, il induit quelque chose plus proche de la table rase, de la remise à zéro.

Ce livre clôt la trilogie révolutionnaire de l’artiste, en dialogue avec les trois premiers livres d’artiste d’Ed Ruscha. Pour Anne-Valérie Gasc, Twenty-six Gasoline Stations (1963) « localise des points de ressource en liquide inflammable » ; Various Small Fires and Milk (1964) « collectionne des détonateurs incendiaires » et Some Los Angeles Apartments (1965), « paru l’année des émeutes de banlieues à Los Angeles, fait l’état des lieux silencieux et statique, comme suspendu dans le temps juste avant la révolte, des cibles architecturales qui vont brûler ». La lecture qu’Anne-Valérie Gasc fait de ces livres, a inauguré un jeu de citations : en 2008, naît Some Belsunce Apartments, promenade photographique architecturale dans le quartier de Belsunce dont la chronologie des démolitions fait apparaître la stratégie politique de gentrification de ce centre-ville ancien. En 2014, les Éditions Florence Loewy publient Various Small Sparks, flip book construit au rythme des tirs explosifs du foudroyage intégral, 20 ans auparavant, des dix tours Démocratie du quartier des Minguettes à Vénissieux. Twenty-six Blank Rocks, son dernier opus ici présenté, substitue à l’essence de Ruscha, l’encre lithographique, noire et grasse comme du pétrole. Il appelle la citation de Stéphane Mallarmé, au lendemain de l’attentat anarchiste du Palais Bourbon : « Je ne sais pas d’autre bombe, qu’un livre. »

L’exposition « A » d’Anne-Valérie Gasc est composée de 26 empreintes lithographiques, de 5 pierres lithographiques déclassées encrées de noir, et du livre Twenty-six Blank Rocks. La contradiction entre poids et suspension, massivité et apesanteur, sera la règle du jeu de l’accrochage des oeuvres. C’est à la rencontre de cette tension entre la fragilité du papier, son pouvoir de dissémination, et la puissance d’un combat pour la liberté, que nous invitons les visiteurs.

20180324 > 20180519samedi 24 mars de 14 heures 30 à 18 heures 30Anne-Valérie Gasc

photographies : Jules Roeser©

Retour vers le haut