Mon panier

Votre panier est vide

Connectez-vous

Créez un compte

Polyèdre

Markus Strieder
ref. 0601
  • Technique : Techniques mixtes
  • Dimensions : 6kg cm
  • Tirages : 12 exemplaires, numérotés et signés
  • Année : 2006
  • Documents : Facture et certificat d’authenticité

Valeur : 600.– €

Livraison offerte en France Livraison : Deux à trois semaines

cadre non fourni

Conseil d’accrochage

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonumLorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy.

  • Encadrement : cadre en bois claire
  • Encadrement : cadre en bois claire
  • Encadrement : cadre en bois claire
  • Encadrement : cadre en bois claire

Markus Strieder

Né en 1961 en Autriche, Markus Strieder  a choisi le fer forgé dès l’Académie des beaux-arts de Stuttgart, où il a obtenu le prix de l’Académie.

Vivant en France depuis 1992, il a installé sa première grande exposition au musée d’Art moderne de Saint-Étienne, l’accrochage faisant partie du processus artistique.

Mais au début est le geste « poétique » (ou « poïétique ») qui consiste à forger le fer à une température de 1100 à 1200°, un ouvrier le manipulant ensuite avec de longues tenailles, ou à le laminer par compression entre des cylindres. Tout traitement secondaire (ciselure ou patinage) serait superflu. Le parti pris de Strieder est celui de la sobriété, évoquant un minimalisme zen.

Ainsi ces champs de « chjrats » inspirés de certains paysages minéraux du Pilat,, ou ces pures toupies isolées ou groupées qui constituent une métaphore de la puissance.

Plus complexes  sont ses « lignes Syam » serpentant sensuellement  à la Fondation Bullukian : du 3 avril au 19 mai 2012, exception née d’un accident de fabrication, signant le dialogue de l’art et du hasard.

À l’URDLA, Markus Strieder  a exposé en 2006 douze généreux polyèdres de six kilos et  trois estampes  réalisées sur place sous le titre Estampage.

Odile Nguyen-Schoendorff

Retour vers le haut