Mon panier

Votre panier est vide

array(29) {
  ["lastname"]=>
  NULL
  ["firstname"]=>
  NULL
  ["email"]=>
  NULL
  ["last_passwd_gen"]=>
  NULL
  ["birthday"]=>
  NULL
  ["newsletter"]=>
  NULL
  ["newsletter_date_add"]=>
  NULL
  ["ip_registration_newsletter"]=>
  NULL
  ["optin"]=>
  NULL
  ["website"]=>
  NULL
  ["company"]=>
  NULL
  ["siret"]=>
  NULL
  ["ape"]=>
  NULL
  ["outstanding_allow_amount"]=>
  int(0)
  ["max_payment_days"]=>
  int(0)
  ["note"]=>
  NULL
  ["is_guest"]=>
  int(0)
  ["id_shop"]=>
  NULL
  ["id_shop_group"]=>
  NULL
  ["id_default_group"]=>
  int(1)
  ["date_add"]=>
  NULL
  ["date_upd"]=>
  NULL
  ["reset_password_token"]=>
  NULL
  ["reset_password_validity"]=>
  NULL
  ["id"]=>
  NULL
  ["is_logged"]=>
  bool(false)
  ["gender"]=>
  array(3) {
    ["type"]=>
    NULL
    ["name"]=>
    NULL
    ["id"]=>
    NULL
  }
  ["risk"]=>
  array(4) {
    ["name"]=>
    NULL
    ["color"]=>
    NULL
    ["percent"]=>
    NULL
    ["id"]=>
    NULL
  }
  ["addresses"]=>
  array(0) {
  }
}

Connectez-vous

Créez un compte

Du Côté des Cévennes

Rajak Ohanian
ref. 9240
  • Technique : Héliogravure au grain
  • Dimensions : 23 cm
  • Tirages : 30 exemplaires, numérotés et signés
  • Année : 1992
  • Documents : Facture et certificat d’authenticité

valeur : 600.– €

Expédition dans la semaine

cadre non fourni

Rajak Ohanian

Un orfèvre. Tel celui qui démonte les montres, Rajak Ohanian construit ses images. On dirait qu’il va voir à l’intérieur des choses avant de prendre ses photographies. Qu’il mesure l’espace entre chaque être, le temps entre chaque instant (comme dans la série À Chicago, 1987-1989).

Il est vrai qu’un photographe n’est pas s’il n’est pas foncièrement géomètre. S’il ne marche pas avec le mouvement de la terre, lent et grave, s’il ne pousse pas ses calculs jusqu’à l’infinitésimal. Il n’est qu’à regarder Du côté des Cévennes (1982) pour éprouver le vertige de la nuance : la terre y a des allures de ciel magnifique et vice versa.

Mais l’œuvre de Rajak Ohanian n’est pas que parfaite, elle est aussi humaine… Du portrait de Gaston Bachelard au travail sur les habitants de Sainte-Colombe-en-Auxois, des Gitans des Saintes-Maries-de-la-Mer aux trente-deux employés d’une PME, les images se lisent, se lient entre elles, comme un texte pluriel et dense, un tissu de sens, si l’on préfère. Sur les visages passent des paysages. Sous la géographie affleure l’Histoire (Alep, 1915…). Comme une douleur continue. Contenue.

Roger-Yves Roche

Retour vers le haut