Mon panier

Votre panier est vide

Connectez-vous

Créez un compte

Pyrole, la nuit

Lucy Watts
ref. 2013
  • Technique : Xylogravure
  • Dimensions : 160 x 120 cm
  • Tirages : 10 exemplaires, numérotés et signés
  • Papier : vélin d'Arches
  • Année : 2020
  • Documents : Facture et certificat d’authenticité

Valeur : 1 200.– €

Livraison offerte en France Expédition dans la semaine

cadre non fourni

Lucy Watts

Lucy Watts, qui possède une double culture, française et anglaise, est diplômée de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Dessins, vidéos, installations, photographies, cyanotypes, son œuvre hybride mêle souvent textes et images. Sa pratique de l’art imprimé, et notamment de la lithographie et de la sérigraphie, n’est pas étrangère aux vocations originelles de l’estampe qui servit de médium aux revendications et à la circulation des idées. Les formes plastiques développées par Lucy Watts sont proches de l’affiche et du dessin de presse, entre ironie et absurde, nourries par les journaux, les publicités, les emballages ou encore les études statistiques. 

La trace laissée par la main crée un écart avec les systèmes de communication et de diffusion de masse et confère trouble et « inquiétante étrangeté » aux signaux quotidiens, réveillant potentiellement les facultés critiques du regardeur. Lucy Watts a notamment exposé à la MLIS, artothèque de Villeurbanne, à l’Espace arts plastiques Madeleine Lambert de Vénissieux, à Paris, à l’Institut français de Dresde, à Istanbul, à Rotterdam ou encore à New-York. Son œuvre figure dans les collections publiques de différentes artothèques ainsi que du CNAP et elle l’auteur d’œuvres dans l’espace public.

URDLA et La Halle coéditent une xylogravure 120 x 160 cm de Lucy Watts à l’occasion de son exposition à venir, en 2021, au centre d’art de Pont-en-Royans. Si, grâce aux presses de son atelier, elle développe une pratique autonome des différentes techniques de l’estampe, Lucy Watts réalise à cette occasion son plus grand format de gravure sur bois. Celle-ci s’inscrit dans une série nouvelle, composée de dessins à l’encre de Chine, gravures et lithographies, dont le motif est végétal. Il s’agit essentiellement de fleurs du Vercors, croquées dans un premier temps sur le vif, sauvages et utilisées pour les soins. La xylogravure représente une pirole verdâtre obtenue par la technique du bois à planche perdue, en deux couleurs – un jaune qui apporte ombre et profondeur puis un violet qui teinte le fond. Outre l’intérêt pour sa dimension graphique, la fleur, qui émerge en réserve, représente le cycle de la vie et de la mort, en hommage à son frère, disparu brutalement alors que s’esquissait ce projet d’exposition. 

Retour vers le haut