Mon panier

Votre panier est vide

Connectez-vous

Créez un compte

Estampes indisponibles

Josef Felix Müller
{ {{Absprung}} } _ { {{Gehötz}} } _ { {{Dichter Wald}} } _ { {{Höhle}} } _ { {{Figuren im Wald I}} } _ { {{Figuren im Wald II}} } _ { {{Figuren im Wald III}} } _ { {{Figuren im Wald IV}} } _ { {{Figuren im Wald V}} } _ { {{Figur, Axt, Tier}} } _ { {{Figur, Axt}} } _ { {{Sans titre état de Figur, Axt}} } _ { {{Figur mit Tier}} } _ { {{Doppelherz}} } _ { {{Sans titre état de Doppelherz }} } _ { {{Figur mit kopf}} } _ { {{Raum}} } _ { {{Figur mit Vögeln}} } _ { {{Figur Arm}} } _ { {{Zwei Figuren}} } _ { {{Kopf-Trichter}} } _ { {{Sitzende Figur mit Kopf}} } _ { {{Figuren}} } _ { {{Kreuz }} } _ { {{Kanninchen-Kopf-Tisch }} } _ { {{Figer unter Tisch }} } _ { {{Hand und Fuss }} } _ { {{Tier mit Köpfen }} } _ { {{Sans titre, état de Tier mit Köpfen }} } _ { {{Landschaft }} } _ { {{Kreuz-Kopf}} }
  • Technique : Lithographie
  • Documents : Facture et certificat d’authenticité
Oeuvre épuisée

cadre non fourni

Josef Felix Müller

Né en 1955, à Eggersriet, dans le canton de Saint-Gall en Suisse, Josef Felix Müller poursuit d’abord une formation de dessinateur spécialisé en broderie. Le dessin permet à l’artiste d’ « exorciser les instincts » humains tels que l’expression de la vie et de la mort. L’œuvre de Müller s’étend aussi jusqu’à la sculpture et à la gravure.

L’essentiel des personnages présents dans ses représentations artistiques sont symbolisées par une figure masculine. En effet, jusqu’en 1996, le seul personnage féminin évoqué par l’artiste suisse est la mère, symbole de vie. 

Drei aufeinandersitzenden Figuren (1987-1988), l’une de ses principales œuvres, d’une hauteur de 2,80 mètres, est actuellement exposée au musée d’Art et d’Histoire de Genève.

Josef Felix Müller a notamment collaboré avec l’Urdla lors des manifestations de l’« Octobre des Arts » durant lesquelles son exposition s’est révélée tout à fait atypique correspondant parfaitement avec l’ambition novatrice et étonnante que souhaitaient incarner l’association villeurbannaise.

Maureen Pinneur

Retour vers le haut